L’atelier du photographe

Je ne connais de Laurent que ce qu’il partage et montre sur les réseaux sociaux… Et je suis ravie aujourd’hui de pouvoir vous présenter ce « personnage » parce que je crois que son studio atypique reflète une personnalité tout aussi atypique. Il a l’amour du métier de photographe, du partage, de l’artisanat… Merci Laurent d’avoir accepté cette mise en lumière !

Qui es-tu ?

Bonjour, je m’appelle Laurent Ferriere. Je suis installé dans le Béarn à Oloron Sainte-Marie au pied des Pyrénées, près de Pau, du Pays basque et à quelques dizaines de minutes de l’Espagne. Normand d’origine, j’ai travaillé quelques années à Paris comme journaliste et photographe avant de faire le choix personnel de vivre ici depuis une dizaine d’années.

Je peux sembler un peu prolixe mais toutes les informations que je partage, trouvent souvent une belle résonance.

cadre-photo

Comment la photographie est entrée dans ta vie ?

Depuis les années collège avec le premier labo photo installé sous l’escalier de la maison familiale (merci à mon père artisan électricien parti depuis quelques années et qui m’a prêté mon premier 24X36 un Agfa Silette que je conserve précieusement). Voyages, animation d’ateliers auprès d’enfants en centre de loisirs, études d’architecture du paysage, presse régionale et nationale, la photographie ne m’a jamais quitté.

atelier photo atypique

Es-tu portrait ou paysage ?

Paysage, portraits et ruralité !
Marcheur invétéré depuis toujours, j’ai longtemps privilégié les paysages en travaillant pour la presse montagne et randonnée, l’édition de guides de balades. La ruralité car j’aime tout particulièrement le monde paysan, des races locales…

Le portrait car j’aime offrir des traitements différents que cela soit en studio ou extérieur. Je développe aussi des séries plus personnelles qui me valent des commandes comme « Angel project ». Désormais avec mon atelier et studio, je développe beaucoup le portrait : adultes, familles…

Je travaille également pour la presse (commandes, photos d’archives ou par des agences qui me diffusent).

paysage

Tes choix. Argentique ou numérique ?

Argentique et numérique, numérique et argentique… Tout cela trouve sa cohérence dans mon travail.

Argentique sur des portraits ou travaux personnels avec des tirages numériques après passage par la numérisation mais je conserve le temps de composer, l’imprévisible après le développement des films…

Le numérique en lifestyle, photo « sociale », pour la presse et le corporate…

portrait carré - femme en noir et blanc

Lumière naturelle et/ou artificielle ?

Lumière naturelle de préférence mais j’ai aussi adopté des éclairages simples pour le studio : portraits, packshot, culinaire, corporate… Je rêve de trouver un studio plus grand avec des baies lumineuses que je peux occulter en fonction des besoins.

photo, paysage, plage

Matériel. Comment se compose ton sac photo ?

Pour le numérique, c’est essentiellement du matériel Nikon (D 800) avec des optiques qui couvrent le maximum de possibilités dans mon travail, du grand angle en passant par la macro jusqu’au télé.

L’argentique est plus disparate : des compacts Rollei, un Rolleiflex, Fuji moyen format, Hasselblad X-Pan…et du polaroïd.

A la différence d’autres portraits que vous présentez régulièrement, j’ai aussi fait le choix de développer ma structure d’impression avec des solutions professionnelles d’Epson, depuis les petits tirages jusqu’aux grands formats avec le traceur. Le choix du qualitatif avec que du jet d’encre. Des confrères ou consoeurs notamment auto-entrepreneurs me confient une partie de leurs tirages à réaliser.

Il faudrait dire des sacs photo selon si je pars en montagne ou en corporate.

Dans le lieu, ce sont aussi les éclairages Elinchrom, plein de petit matériel (gaffer, pinces…), de la musique car je travaille avec elle en permanence, du café et du thé à profusion, bientôt un frigo pour accueillir des films argentiques en plus grand nombre et toujours des bouteilles d’eau avec un coup de promo pour notre eau minérale des Pyrénées : Ogeu.

portrait-escargot

Comment as-tu choisi ton identité de marque ? Comment as-tu créé cette cohérence entre ta charte graphique et le stylisme de ton studio ?

C’est sans doute la partie la moins développée et encore en cours d’élaboration. L’esprit du lieu et de mon travail est celui d’un atelier-galerie : studio de prise de vue, galerie photo, « bibliothèque » permanente d’une centaine d’ouvrages photo sur place pour les clients et fidèles de l’atelier.

J’ai fait le choix d’un logo simple qui n’est pas sans rappeler l’argentique mais surtout que mon seul et unique métier est la photographie. Il n’est pas question de développer des activités annexes comme le graphisme…

J’ai plutôt la volonté de mutualiser et partager avec d’autres métiers « complémentaires » comme les graphistes, les développeurs… Du bon usage de la lenteur, poésie, positivité, convivialité sont les mots-clefs qui animent l’esprit de mon atelier.

Du bon usage de la lenteur, poésie, positivité, convivialité animent l’esprit de mon atelier. Click To Tweet

portrait artistique - femme blanche

Ton studio est-il indépendant ou à domicile ?

Il est indépendant en ville avec une vitrine. Je l’aménage progressivement avec une finalisation du studio cet automne. Cela me permet de faire évoluer la vitrine régulièrement, d’offrir le café ou le thé à tous ceux qui passent parler photographie, me demander un conseil mais aussi aux clients.

L'atelier du photographe - devanture

As-tu fais appel à un décorateur ? Ou un architecte d’intérieur ?

Il ou elle s’arracherait les cheveux avec moi. Le studio a un joyeux stock d’objets que j’ai chiné pour des usages photo notamment en culinaire.

Ici ou là, dans la partie galerie trônent des objets hétéroclites, de vieux appareils photo argentiques… C’est un esprit d’Atelier à la dimension d’un territoire de 25 000 habitants. Sans regarder du côté de la nostalgie de la « boutique de quartier du photographe », il y a un peu de cela.

atelier-laurent

Penses-tu qu’avoir un studio t’apporte de la crédibilité ? de la visibilité ?

A l’échelle d’un petit territoire comme celui où je vis et travaille, c’est essentiel. Même si je dois m’absenter (reportages, corporate, lifestyle…), on sait que j’y suis souvent et que l’on m’identifie plus facilement en parlant avec les commerçants du secteur, en prenant mon café le matin au coin du comptoir.

atelier-photo-laurent

Quelle est la particularité de ton studio ?

J’ai un lieu et un travail à l’esprit assez atypique. C’est sans doute le reflet des questions permanentes que je me pose et que je pose sur nos métiers et leur évolution. Je suis connu pour cela en n’hésitant pas à partager, accueillir des stagiaires en Bac pro photo ou autres.

Mon « studio », c’est l’esprit de l’atelier où l’on réfléchit, conçoit, partage… Je me retrouve quelque peu au cœur des métiers : artisan, auteur, photo-journaliste… Au passage, merci à Joëlle Verbrugge pour nous aider à dépatouiller toutes les évolutions fiscales et sociales de nos métiers. J’émets souvent le rêve que l’UPP et le GNPP s’unissent avec une seule et même « maison » au sein desquelles, il y aurait différentes entrées selon les métiers mais aussi de la mutualisation juridique…

Je connais des photo-journalistes qui font des mariages, des artisans qui vendent des tirages d’art numérotés, des auteurs qui veulent faire des portraits… Je suis au cœur de ces métiers en tentant de bien le faire et en hésitant pas à donner du travail à des collègues quand ce n’est pas dans mes compétences par exemple en photo aérienne.
Pour mieux comprendre, 25 à 30% de mon travail est destiné à la presse (commandes, photos d’archives ou diffusion par agence), 25 à 30% en corporate (reportages entreprise, portraits, packshot…) et le reste se répartit entre des travaux photo à la demande (tirages, développement de pellicules…) et des ventes de tirages. Une particularité mais qui est dans l’évolution de nos métiers sur lequel j’aime partager, confronter, réfléchir…

Je fais également de la formation auprès d’adultes, de personnels travaillant dans le secteur de la petite enfance (éducation à l’image), DU de photojournalisme à Perpignan, etc…

Je participe aussi à quelques évènements pour des expositions à l’image du festival photo de Dax que nous allons développer avec Serge Lafourcade, Ascain… Les 19 et 20 septembre, on peut me voir à Saint-Jean-de-Luz…

Mon « studio », c’est une petite galerie photo, un studio photo modeste, une structure d’impression, beaucoup de livres photo mis à la lecture gracieusement… D’ici quelques temps, il n’est pas dit que je ne trouve un peu plus grand pour développer d’autres projets toujours liés à la photographie.

portrait de femme - noir et blanc

Quels sont tes conseils pour les photographes en quête d’un studio ?

  • Travailler sur un business plan avant toute chose en regardant l’emplacement du lieu possible  (accès, parkings….)/ Voir ce que font les autres confrères ou consoeurs du territoire. Il ne faut pas hésiter à échanger avec eux. Tout n’est pas que logique de concurrence mais aussi de complémentarité, pourquoi pas de mutualisation de matériel comme pour l’impression… Nous gagnons beaucoup à échanger avec nos collègues. Si notre pratique photographique est « individuelle » bien que les projets à plusieurs regards existent, nous exerçons un métier qu’il faut valoriser, faire évoluer, défendre…
  • Pourquoi ne pas partager un lieu avec d’autres métiers ou collègues ?
  • Tout est lié à l’heure de mettre en place un studio : se former constamment, s’appuyer sur des personnes dont c’est le métier pour acheter l’équipement du studio (passer par des professionnels comme Téténal, Prophot, etc., plutôt qu’un achat sur le web sans contact physique réel).
  • S’assurer des dimensions nécessaires à votre activité (hauteur sous plafond, profondeur des lieux…).
  • Il ne faut pas hésiter à confier certaines fonctions du studio à des spécialistes ou sous-traitants : site web, tirages…
  • Au-delà, j’ai envie de dire à de jeunes confrères et consoeurs (ou des plus anciens blasés !) qu’il faut sans cesse se renouveler, reposer la base de son travail, se former, accepter de tout revoir…
  • Regarder les territoires ou les régions de France où les photographes ont « disparu ». On aura toujours besoin d’un photographe de « quartier » aussi bien capable de faire des photos d’identité, des tirages que d’aller faire un reportage pour une collectivité locale, les écoles…

SmallLogo

website

 

2017-09-27T18:41:22+00:00 jeudi 17 septembre 2015|Categories: Studios & Espaces de travail|

One Comment

  1. Fleurus 09/19/2015 at 06:18 - Reply

    Bonjour,

    merci pour cette lecture passionnante de votre article.

    Patricia Fleurus

Leave A Comment