Un duo de photographes de mariage

GARDÈRES & DOHMEN, photographes de mariage

Découvrez Sylvain Gardères, 35ans et Damien Dohmen, 30 ans, un duo de photographes de mariage.

QUI SE CACHENT DERRIÈRE « GARDÈRES & DOHMEN » ?

Nous sommes deux personnalités différentes qui partageons pourtant les mêmes valeurs. Nous avons des envies et des ambitions communes, et nos compétences sont complémentaires. Le mélange idéal pour travailler ensemble, ce que nous faisons depuis maintenant un peu plus de deux ans.

Des envies et des ambitions communes, des compétences complémentaires, le mélange idéal pour… Click To Tweet

Nous sommes deux indépendants réunis sous la même enseigne pour la communication de nos prestations mariage. Nous n’avons pas de studio, ne travaillons qu’en reportage, la plupart du temps en lumière naturelle. Nous travaillons chacun chez soi, à 40 kilomètres de distance ! Mais toujours en relation l’un avec l’autre via Skype.

Sylvain & Damien
Sylvain & Damien

COMMENT LA PHOTOGRAPHIE EST ENTRÉE DANS VOS VIES ?

Sylvain :

J’ai effectué des études de cinéma parce que j’ai toujours été passionné par le fait de raconter des histoires, fictives ou réelles. J’ai filmé, écrit, puis photographié. Au final c’est vraiment ce dernier média qui me correspondait le plus. Il s’est imposé à moi parce que je suis d’un tempérament plutôt solitaire, avec un grand besoin d’autonomie, et aussi parce que la technique photo m’a toujours intéressé.

En 2004, tout en terminant mes études, j’ai eu l’occasion de participer à un grand projet en vidéo et photographie. Je me suis d’abord lancé en tant qu’artiste photographe, puis en tant qu’artisan en 2008. Je photographie des mariages depuis ce moment là.

Les mariés à l'église

Damien :

J’ai été Chargé Ressources Humaines pendant 6 ans, c’est un métier qui demande de prendre beaucoup sur soi, je faisais beaucoup d’heures. J’ai eu besoin d’avoir un passe-temps qui me sorte du travail. Mon père faisant de la photographie depuis ses plus jeunes années, il m’a prêté un appareil photo. J’ai très vite attrapé le virus…

J’ai tout d’abord photographié des paysages. Je voyais beaucoup de monde à mon travail et je voulais me sentir libre, seul et me ressourcer. J’ai trouvé de quoi faire avec les paysages pyrénéens et basques. Puis quand j’ai arrêté mon travail dans les bureaux, j’ai ressenti le besoin de photographier des émotions, des personnes, de la vie. J’en suis donc arrivé à la photographie sociale.

photo de mariage : une mariée enlace une invitée

QUELLE EST VOTRE HISTOIRE ? À QUEL MOMENT AVEZ-VOUS FAIT LE CHOIX DE CRÉER UNE ENTREPRISE ENSEMBLE ?

Gardères & Dohmen ce sont deux personnes qui ne se connaissaient pas, et qui ont décidés de travailler ensemble de manière réfléchie, en posant cartes sur table, et qui n’ont finalement pas pu faire autrement que de devenir amis !

Sylvain :

Nous nous sommes rencontrés il y a maintenant trois ans. Damien cherchait à se reconvertir professionnellement, et je lui ai proposé de me suivre sur une saison de mariage. Quelques mois plus tard nous décidions de travailler ensemble et de nous spécialiser dans le reportage de mariage. Je travaillais depuis un bon moment seul, dans des domaines photographiques très variés. L’arrivée de Damien m’a permis de me recentrer sur ce que j’aimais le plus: la photographie sociale, et surtout la photographie de mariage. C’est un grand travailleur, un photographe talentueux, naturel, et quelqu’un de très doué pour les relations et pour se construire un réseau.

Un duo de photographes pour votre mariage

Damien :

Quand j’ai souhaité faire ma reconversion professionnelle, je voulais faire les choses bien. Je ne souhaitais pas me lancer directement et prendre le risque que cela ne me plaise pas ou que cela ne marche pas.

J’ai donc décidé de faire des stages avec les photographes de ma région. J’ai envoyé beaucoup de CV, mais très peu m’ont répondu, ce qui m’ont reçu m’ont expliqué qu’ils ne voulaient pas former un concurrent, que c’était un milieu très dur et que je n’y arriverai pas…
Puis j’ai rencontré une personne ouverte, avec qui j’ai pris un café, discuté photo, qui m’a expliqué son métier, m’a proposé de l’accompagner. Il aimait la montagne, les paysages, avait les même valeurs que moi. C’était Sylvain.

Je l’ai donc suivi une saison entière et à la fin de la saison je savais que je voulais m’associer avec lui ! Aujourd’hui c’est un ami et je suis heureux de l’avoir rencontré !

superbe photo de couple à la tombée de la nuit

ÊTES-VOUS PORTRAIT OU PAYSAGE ?

Nous sommes des êtres verticaux dans un environnement horizontal, les mots « portraits » (les personnes) ou « paysages » (l’environnement) employés en photographies désignent très bien ces deux aspects.

Nos photos de mariage parlent des gens, certes, mais des gens au milieu d’autres, dans leur environnement familial, avec leurs amis, et leur amour. Si les individus sont verticaux, les groupes, et donc les échanges sont visuellement horizontaux. C’est de cette constatation qu’est né le choix de notre format 16/9e.

Donc nous sommes définitivement Paysage ! Nos images sont horizontales et en 16/9e, sans exception.
En fait nos clients ne le remarquent pas, et les photographes très peu. C’est donc certainement le type de cadrage qui correspond le mieux à notre style… C’est parfois contraignant mais cela nous permet d’assurer une grande cohérence dans nos images tout au long du reportage.

photographie de mariage par le duo : Garderes et Dohmen

ARGENTIQUE OU NUMÉRIQUE ?

Sylvain :

Numérique. J’ai commencé la photo, au milieu des années 90 par l’argentique évidemment. Et j’ai eu jusqu’à il y a peu des projets personnels en moyen format. Et je pourrai en avoir à nouveau. Mais dans le cadre du reportage de mariage, j’aime la profusion des images, je travaille d’ailleurs en rafale la plupart du temps afin de laisser le moins de place possible à la chance. Mais pour travailler ainsi, il faut aimer l’editing, et j’adore ça !

Damien :

Numérique… je n’ai connu que ça ! J’ai eu l’occasion pendant un stage, avec Michael Ferire et Céline Hamelin, de tester le Contax 645 de Michael. J’ai reçu les images il n’y a pas longtemps… et j’ai été très ému pas ces photos ! C’est beau, les couleurs sont belles, il y a quelque chose que j’aime beaucoup ! J’ai aimé le contact et le fait de se concentrer sur la composition et le sujet à prendre. Je pense que c’est une expérience que je renouvellerai sur des projets personnels.

duo-photographe-mariage-009

PROPOSEZ-VOUS DES PRESTATIONS COMMUNES ? OU CHACUN SA SPÉCIALITÉ ?

En ce qui concerne nos prestations mariages, nous travaillons exclusivement à deux. En dehors de ça chacun a bien sûr une activité photographique personnelle ; qu’elle soit artistique ou professionnelle : portrait bien sûr mais aussi paysages ou architecture.

Lorsque nous travaillons ensemble nous n’avons aucun rôle prédéfini, nous choisissons sur le moment qui ira avec le marié ou la mariée, qui dirigera la séance de couple etc. Nous préférons nous décider sur le moment en fonction de notre ressenti, de notre inspiration et de notre énergie.

Par contre la relation client est gérée par l’un ou par l’autre en fonction de celui qui a eu le premier contact.

photographie de mariés dans un sublime paysage

QUELLES SONT LES DIFFICULTÉS ET LES ATOUTS DE TRAVAILLER A DEUX ?

Si il devait y avoir une difficulté à travailler à deux, ce serait évidemment de devoir se mettre d’accord pour chaque décision… Toutefois cela évite de se précipiter – il arrive régulièrement que l’un de nous ait une idée fantastique qui s’avère être médiocre après seulement une courte discussion… Par ailleurs nous nous faisons suffisamment confiance pour nous autoriser à prendre des décisions unilatérales.

Et en ce qui concerne les atouts, ils sont innombrables ! Le premier est celui d’avoir constamment à disposition quelqu’un qui peut avoir un avis franc sur notre travail.

Dans le cadre d’un reportage de mariage, être deux nous permet de couvrir les préparatifs de chaque famille, de varier les angles de vue, d’embarquer dans la voiture des mariés, de continuer à faire du reportage pendant la traditionnelle et parfois trop longue série des photos de groupe. Besoin d’un assistant pour une image ? Il est déjà là, il a déjà compris. Nous nous comprenons maintenant d’un seul regard.

Et puis il y a une saine émulation entre nous, l’énergie se transmet de l’un à l’autre sans difficulté.

préparatifs des mariés

SUR POP ON AIME PARLER MARKETING… POURQUOI LE NOM “GARDÈRES & DOHMEN” ? QUELLES VALEURS CACHENT VOTRE LOGO ?

Nous aimons connaître nos clients, leurs histoires personnelles, l’histoire de leur relation, la famille, les amis… Nous ne pouvions envisager de notre côté de ne pas nous livrer en retour, c’est pourquoi nous avons choisi d’apposer nos deux noms et de ne pas nous cacher derrière une expression, tout simplement.

Et puis, travailler à deux dans le domaine du mariage reste une spécificité peu commune qu’il nous semblait important de mettre en avant. Et surtout « Gardères & Dohmen » c’est la réunion de deux personnes, le mariage aussi… Pour la petite histoire, nous étions plutôt partis sur Dohmen & Gardères, mais la recherche de logo nous ramenait inévitablement à D&G…

En ce qui concerne le logo, nous le souhaitions clair, simple, sobre. Un peu à notre image à vrai dire. Il n’est pas tape à l’œil et laisse la place aux images. Nous ne voulions surtout pas de fleurs, oiseaux ,arabesques, arbres, dans un logo plutôt rond, symétrique avec une écriture cursive ! Disons que ceux-là on les a trop vus… Pour le créer nous avons fait appel à Yann Zuldel, graphiste ultra talentueux.

En signature de nos images nous utilisons parfois l’esperluette seule, mais de plus en plus souvent nous les diffusons sans signature.

photographie festive d'un mariage en noir et blanc par Garderes et Dohmen

AVEZ- VOUS DE NOUVEAUX PROJETS EN PRÉPARATION ?

Continuer sur notre lancée ! Toujours à deux bien sûr. Découvrir de nouveaux mariés, de nouveaux lieux. Et se doper toujours plus à l’émotion !

Rencontrer d’autres photographes, échanger, partager des savoirs, des astuces.

le lancé du bouquet de la mariée devant un château

QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS À UN COUPLE QUI SOUHAITERAIT SE LANCER ENSEMBLE DANS L’AVENTURE ?

Il est important d’être capable de poser les bases dès le début. Lorsque nous avons envisagé de nous associer, nous avons commencé par une réunion, un peu formelle, au cours de laquelle nous avons chacun répondu à un petit questionnaire du genre :

Quels sont tes objectifs ?
Quels sont tes défauts ?
Quels sont mes défauts d’après toi ?
Quelles sont mes compétences qui t’intéressent ?

Il est essentiel que tout soit clair dès le départ, et dans l’idéal il faudrait pouvoir refaire cet exercice régulièrement, pour savoir si on est toujours sur la même longueur d’onde.

Et puis il ne faut rien mettre en jeu dans une association professionnelle : ni amitié, ni sentiments. Il faut toujours garder à l’esprit que l’on peut se séparer et que la relation ne doit pas en pâtir. Chacun est libre, toujours. Cela ne veut pas dire qu’il ne doit y avoir ni amitié, ni sentiment, mais simplement que ceux-ci ne soient pas dépendants de la réussite ou de l’échec de l’association.

Enfin, il ne faut pas hésiter à frapper aux portes des confrères et consœurs pour être bien aiguillé dès le début et ne pas commettre les erreurs que beaucoup font en débutant. Certaines portes resteront fermées, d’autres s’ouvriront, et en tout cas la nôtre est toujours ouverte !

Logo du duo Garderes & Dohmen

___

W E B S I T E  –  F A C E B O O K

_

Vous aimerez aussi les articles :


Laissez un petit mot…