Disney en controverse, le projet photo de Ludivine

Je m’appelle Ludivine. Je suis photographe depuis 2010. Actuellement, je suis sur la région Avignonnaise mais cet été je pars sur la région Nîmoise. Encore une nouvelle aventure qui m’attends… Mais rien ne me fait peur, j’aime les challenges !

Comment la photographie est entrée dans ta vie ?

Je me revois, petite, avec ma grand-mère à éplucher les albums photos de mes ancêtres… Mais c’est seulement à 13 ans que j’ai voulu en faire mon métier. Mes parents pensaient que c’était un métier bien trop risqué (ce qui n’est pas totalement faux), du coup ils m’ont poussé à avoir un vrai diplôme (j’ai donc un bts assistante de gestion pme pmi, ce qui est très utile dans mon quotidien professionnel).

C’est à 26 ans que j’ai décidé de tenter l’aventure, j’ai pris un tout petit risque vu que j’avais un autre métier à côté. J’ai alors commencé à me former (chose que je n’ai jamais arrêté).

Es-tu portrait ou paysage ?

Définitivement portrait. Même lorsque je prends en photos des paysages lors de mes divers voyages, j’ai besoin d’y voir apparaître une personne physique.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Je suis passionnée par le travail d’Annie Leibovitz, de Lindbergh et de Penn. Et pour les français je dirais sans hésiter Félicia Sisco et Etienne Clotis (mais je les connais donc c’est de la triche je pense)
.

Réalises-tu régulièrement des projets photos ?

Oui j’en réalise plusieurs par an. Il y a souvent un long projet qui me prend l’année entière, puis d’autres, plus petits mais tout aussi intéressants et importants.

Effectivement il est essentiel pour moi de monter des projets où il n’est pas question de tarifs, mais juste de plaisir. Il y a donc les projets de ma propre initiative et ceux qui me sont demandés par les prestataires avec qui je travaille habituellement.

Peux-tu nous parler de ton projet sur Disney. Comment ça s’est déroulé ? Quel est l’objectif ?

Le projet sur Disney en controverse est né à la demande de la Maquilleuse Coralie – Co’ Make Up Artist . Elle voulait montrer ce dont elle était capable, tout en sortant du cadre classique d’un shooting. Le but était de composer une équipe pour pouvoir présenter la diversité de nos métiers.

Nous avons tous l’habitude de rester dans notre « zone de confort », ce projet devenait donc l’évidence pour en sortir… Nous avons proposé à Alexandra Barbey, la styliste créatrice de se joindre à nous pour confectionner l’ensemble des costumes et nous avons créé la liste des 12 personnages, étudié pour chacun la controverse possible à créer, recherché les modèles les plus ressemblants aux personnages puis les lieux. Nous nous sommes vu 1 fois par mois pendant 1 an !

  • Pour voir le résumé de ce projet et les 12 images créées, rendez-vous sur le site de Ludivine.

Qu’est-ce que cela t’a apporté ?

Ce projet m’a permis de sortir de ma zone de confort et de réaliser que j’avais envie de proposer des choses différentes à mes clients. De sortir de ce studio qui m’enferme et m’empêche souvent de me diversifier.

Mais surtout ce projet m’a fait prendre plaisir… Ce plaisir de notre passion qu’on perd parfois lorsque l’on devient professionnel.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à un photographe qui souhaite se lancer dans ce genre de projet ?

Foncez… Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. Amusez-vous…

Les projets « plaisir » nous aide aussi à ne pas voir les séances photos comme un moyen de payer nos factures. Cest un des meilleurs moyens de se rappeler pourquoi on aime notre métier, notre passion.

Et entourez-vous de bonnes personnes, des personnes qui vous ressemblent, qui vous comprennent et qui auront cette même folie. 
Il n’y a pas une année sans projet perso à mes yeux. Le projet 2018 est d’ailleurs en place et entamé. Il s’agit de la femme glamour de 1920 à Aujourd’hui. Et les autres petits projets fleurissent dans ma tête !

WEBSITE

2018-03-28T16:15:30+00:00 mercredi 28 mars 2018|Categories: S'inspirer|Tags: |

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.