Nous avons déjà découvert une multitude de studios photos / ateliers de photographes / home-studios… Et pourtant il existe encore d’autres trésors, des studios atypiques et avec une vraie personnalité comme celui de Patrice Dorizon, photographe de mariage mais pas seulement…

QUI ES-TU ?
COMMENT LA PHOTOGRAPHIE EST ENTRÉE DANS TA VIE ?

Je suis Patrice Dorizon photographe depuis des lustres, en région parisienne durant un temps et en Bretagne, depuis 10 ans maintenant. Je suis situé à Bain de Bretagne, sur l’axe Rennes-Nantes, pour quelques mois encore. Un retour dans le centre ville historique de Rennes est en cours. De fait, un nouveau studio verra le jour d’ici quelques mois.

Un studio photo masculin et vintage, en Bretagne (France).

Enfant plutôt turbulent et un peu rebelle, sûrement pas fait pour suivre un cursus scolaire trop classique. A 16 ans, je n’avais aucune idée de ce que j’aimerais faire quand « je serai grand ». Et puis, ma tante m’a proposé la photographie, en me disant que ça m’irait bien. Sans grande conviction, j’ai pris une année « sabbatique », pour tester ce métier. Je suis entré dans une agence de communication, comme photographe de plateau, l’agence « Léo Pietri ». Une révélation ? Sûrement ! Du coup, je suis reparti sur un cursus plus classique CAP en alternance avec un lycée à Pantin et une entreprise à Draveil dans l’Essonne, Le Laboratoire Meignen Patrice. J’ai ensuite continué l’aventure sur un Brevet de maîtrise, en Photographie. 
En Bref: la photographie est entrée dans ma vie un peu par hasard. Si tant est que le hasard existe !

Le studio atypique d'un photographe situé en Bretagne. Un grenier relooké pour des séances photos !

ES-TU PORTRAIT OU PAYSAGE ?

Le « Pays Sage » n’est vraiment pas mon domaine de prédilection. Je ne sais pas être suffisamment patient, pour chercher le bon endroit, le bon moment, la bonne lumière. Même si je m’émerveille devant des paysages, je ne les photographie que très rarement.
 Je suis plutôt portrait. J’aime l’échange, la découverte de l’autre, son histoire. J’aime les relations humaines avant tout. Je ne suis pas un « voleur d’âmes », je préfère qu’on l’offre à mon regard! 
Pour autant, j’aime les portraits au format paysage. Le format paysage est 90% de mes images.

La cuisine du studio-photo de Patrice Dorizon

LUMIÈRE NATURELLE OU ARTIFICIELLE ?

J’ai une amitié particulière avec la lumière naturelle, sans être ennemi de la lumière artificielle, Flash de studio ou flash cobra.
 Je ne dirai pas lumière naturelle « OU » lumière artificielle, mais plutôt « ET ». 
Il m’arrive régulièrement au studio de finir une séance avec une série d’images en coupant les flash et en utilisant la lumière qui arrive du dehors comme il m’arrive dehors d’installer des flashs « Cobra » en déporté (2 voire 3).

un espace vintage et masculin pour mettre en valeur ses modèles. Le studio photos de Patrice Dorizon.

COMMENT AS-TU CHOISI TON IDENTITÉ DE MARQUE ?

Je suis passé par une graphiste, chacun son métier, avec un cahier des charges simple mais strict que j’avais défini un matin dans ma salle de bain. Oui, je crée beaucoup sous ma douche !

Je lui ai demandé une charte graphique basée sur le mariage, le luxe mais sans ostentation, un coté vintage et masculin. Pour le reste, elle avait carte blanche. J’ai adoré les 3 propositions qu’elle m’a faite, il a fallu en retenir une, celle que j’utilise aujourd’hui était la plus pertinente des 3. Avec Fanny, nous sommes resté amis, et cette année, elle et Yann, ont été parmi mes mariages les plus créatifs de 2016.

COMMENT AS-TU CRÉÉ CETTE COHÉRENCE ENTRE TA CHARTE GRAPHIQUE ET LE STYLISME DE TON STUDIO ?

Au final, ça été simple, j’ai craqué pour un vieux grenier d’un bâtiment du 18ème siècle, un ancien relais de poste, et j’ai gardé 2 éléments de ma charte graphique : Vintage et Masculin !

#StudioPhoto : J'ai craqué pour un grenier d'un bâtiment du 18° siècle, un ancien relais de… Click To Tweet

Un grenier transformé en studio photos, le pariréussi du photographe Patrice Dorizon, en Bretagne.

TON STUDIO PHOTO EST-IL INDÉPENDANT OU À DOMICILE ?

Je vis en dehors du centre ville, pas simple pour les clients, et je trouvais important que le studio, qui est sans visibilité extérieure, à part mon logo sur la porte, se trouve lui en centre ville. Plus facile d’accès, plus vite trouvable pour les clients.

Un grenier transformé en studio photos, le pariréussi du photographe Patrice Dorizon, en Bretagne.

AS-TU FAIS APPEL À UN DÉCORATEUR ? OU UN ARCHITECTE D’INTÉRIEUR ?

Quand j’ai acheté le grenier/studio, c’était un espace de 160m2 (95 ont été aménagés) rempli de vieilleries, sombre, ouvert à tout vent. Il fallait vraiment se projeter pour y voir un studio photo. Je savais ce que je voulais, une cuisine complète, une salle de bain et au moins 3 plateaux photographiques différents pour la prise de vue.

J’ai fait appel à un architecte pour les travaux (une obligation légale). Pour la décoration, je m’en suis occupé moi-même. 
En terme administratif, le studio est en SCI, et c’est l’entreprise Patrice Dorizon qui le loue, je passe ainsi la location dans mes charges.

Pour l’anecdote : Pour un de mes premiers mariages sur Bain de Bretagne, j’avais installé pour la séance couple un canapé rouge dans le jardin d’un particulier. C’était quelque jours avant la création du studio. La SCI a pris le nom « canapé rouge », un hommage à Manuela et Ludo, un des premiers couples qui m’a fait confiance en Bretagne

PENSES-TU QU’AVOIR UN STUDIO T’APPORTE DE LA CRÉDIBILITÉ ? DE LA VISIBILITÉ ?

J’ai pratiqué 3 ans en Bretagne sans studio. Cela reste compliqué dans le développement de l’entreprise. J’avais bien une pièce dédiée à mon domicile, qui me servait avant tout pour les bébés et parfois les familles, mais la notoriété n’est pas la même, les clients sont moins à l’aise.

Un studio indépendant reste une valeur de crédibilité. C’est dans les échanges lors de salons ou de réseaux, une question qui revient souvent : « Avez vous un studio? ». C’est toujours plus facile de répondre « Oui », que d’essayer de convaincre que l’on peut faire sans ou d’expliquer que c’est à la maison.
 Et je ne parle pas de visibilité, puisque pour ma part j’ai fait le choix de ne pas avoir un studio visible directement.

Un #StudioPhoto indépendant est une valeur de crédibilité. Click To Tweet

QUELS SONT TES CONSEILS POUR LES PHOTOGRAPHES QUI COMMENCERAIENT LEUR RECHERCHE DE STUDIO ?

Il faut surtout trouver et garder un style propre, je visite pas mal de studios qui se ressemblent, la même décoration à quelques objets près. Rien n’est bien marquant, on en visite un, on a l’impression de l’avoir déjà vue 10 fois.
 Ne copions pas, soyons créatifs.

Il faut aussi faire une différence entre un studio et une boutique avec vue sur rue. Si le coté « démarchage commercial » n’est pas dans vos aptitudes, préférez une boutique. Les clients passent devant et entrent quand ils ont besoin, mais cela nécessite une présence avec des horaires fixes. 
Si par contre, vous avez de gros réseaux tant particuliers que professionnels et que vous savez les entretenir, vous pouvez optez pour un studio « caché ». Il offre moins de contraintes, plus de liberté. Pas besoin d’horaires définis, pas besoin de « fermer » pour aller en prise de vue.

Logo Patrice Dorizon

WEBSITE

___

Vous aussi vous avez un studio atypique ? N’hésitez pas à me contacter :)

Leave a reply