Business & Marketing

Peut-on réussir en étant timide ?

Nos particularités peuvent nous saboter, comme elles peuvent être notre force, notre valeur ajoutée. Elles forment (avec notre éducation, notre culture et nos valeurs) notre personnalité et on peut même dire notre « personnal branding ». En tant que photographe, il est difficile de cacher sa différence tout simplement parce qu’il y aura un moment où on rencontrera nos clients (pour faire les photos c’est plus pratique). On a vu que l’on pouvait être photographe et sourd, ou même avec une maladie génétique orpheline, tout comme on peut être timide et réussir.

Ma présence sur le web, ma position au sein de portraitoupaysage.com peuvent donner une fausse impression de ce que je suis. Si je communique beaucoup sur les valeurs qui m’animent ici, telles que le partage d’expérience ou l’inspiration, je ne révèle pas ce qui semble être pour beaucoup un défaut. N’ayons pas peur des mots, on a tendance à penser qu’être timide est un frein à la réussite, qu’il faut forcément avoir une « forte personnalité », être extraverti pour se rendre visible et créer une identité de marque forte. Pensez-vous que je manque de personnalité parce que je suis timide ? Je ne crois pas, je m’exprime juste différemment.

Vivre de la photo sociale quand on est timide

Si vous n’êtes pas timide, vous ne vous êtes certainement jamais posé la question, mais si vous lisez ces lignes c’est que le message vous interpelle. J’avoue que cela me rassurera de le savoir… Je me sentirai moins seule et je serai ravie de lire votre expérience et les astuces que vous avez mises en place pour réussir.

photographe pro et timidité

Pourquoi la timidité est une difficulté ?

Je ne sais pas si c’est un sujet tabou, mais après avoir échangé avec de nombreux photographes, avoir vu différentes conférences et personnalités, je remarque que l’on n’évoque jamais cette possibilité, comme si elle n’existait pas, comme si il était inconcevable d’être photographe professionnel et timide, et/ou introverti.

Personnellement, je cumule les deux. Je suis timide ET introvertie. J’ai souvent entendu : « tu dois prendre sur toi », « ose », « on ne va pas te manger » « … », lorsque j’étais enfant. En grandissant, je n’ai pas beaucoup changé sur ce point là, même si en tant qu’adulte on arrive « à prendre sur soi » dans certaines situations.

Vivre de la photographie sociale, ça veut dire maîtriser son appareil photo oui c’est vrai, mais c’est aussi interagir avec des gens que l’on ne connaît pas, répondre à leurs appels téléphoniques, les rencontrer, les mettre à l’aise durant toute une séance, les guider… Cela a longtemps été ma plus grande difficulté. J’ai souvent voulu abandonner la photographie suite à des séances où je pensais ne pas avoir réussi à créer un beau moment avec mes clients, à ne pas les avoir mis à l’aise… parce que moi-même je n’étais pas à l’aise !

Je ne suis pas le genre de photographe qui va gazouiller devant un bébé, qui va se rouler par terre pour faire rire un enfant, ou hurler « regardez-moi » pour une photo de groupe… Non ce n’est pas moi. Je demande à mes clients de venir « tels qu’ils sont », alors pourquoi ne le serais-je pas moi-même ?

Comment faire de sa timidité une force ?

La photo sociale

1. En avoir conscience

La timidité n’est pas une maladie, cela n’arrive pas du jour au lendemain. Quand on est timide, on le sait depuis toujours. Toutefois, il faut aussi en avoir pleinement conscience au moment où l’on va définir sa stratégie d’entreprise. Si cela est bon de sortir de temps à autre de sa zone de confort, y être confronté tous les jours peut aussi avoir l’effet inverse et vous démotiver complètement. En avoir conscience, c’est prendre en considération cet élément dans toutes nos décisions. Pour ma part, dès mon lancement, j’ai choisi de ne pas faire de la photographie de mariage. Cela représentait plus de contraintes et de mal-être pour moi que de plaisir. Cela ne signifie pas que TOUS les timides ne doivent pas faire de mariage, cette décision je l’ai prise pour moi uniquement, en tenant compte d’autres critères qui sont tout aussi importants pour moi. D’ailleurs, il m’arrive de réaliser des mariages lorsque la demande vient de clients, de personnes qui me connaissent et/ou acceptent ma façon d’être.

En avoir conscience c’est aussi accepter de ne pas faire certains types d’images parce que l’on ne souhaite pas diriger une séance / imposer voire s’imposer en séance.

Devenir un photographe pro

2. Savoir ce que les autres voient de nous

Lorsque l’on est timide, on s’imagine que ça se voit, que c’est moche, que l’on renvoie une image peu professionnelle, hésitante… voire déprimante. J’ai longtemps pensé ça, et un jour, j’ai réalisé une séance pour une femme qui avait un blog et qui a spontanément donné son retour d’expérience après la séance. Cela a été un détonateur dans ma vie professionnelle. Je me suis rendue compte que je ne dégageais pas une image négative. Là où je voyais incompétence, elle y a vu patience et respect, là où je voyais nonchalance, elle y a vu douceur et bienveillance.

Il nous est impossible d’avoir du recul sur nous-même, n’hésitez pas à demander à vos amis de vous décrire en 5 qualificatifs. Vous serez surpris que les mots utilisés soient souvent les mêmes et très valorisants. Vous pouvez aussi à l’issu d’une séance envoyer un petit questionnaire de satisfaction à vos clients pour leur demander leur ressenti… Vous aurez de belles surprises. J’en suis sûre !

photographe

3. Acquérir de l’expérience

Au fil des séances, on maîtrise mieux son matériel et la technique. Les réglages deviennent plus fluides, on n’y pense plus et à force de côtoyer régulièrement de nouvelles personnes, on se sent un peu plus à l’aise à chaque séance. Progressivement on se crée nos propres techniques et astuces, on apprend à contourner les obstacles, à trouver les petits jeux qui vont permettre d’avoir de belles images sans avoir à faire le clown. On apprend aussi à éduquer nos clients, à les préparer à la séance en leur expliquant comment cela va se passer, pour ne pas qu’ils s’attendent à autre chose, pour ne pas qu’ils soient déçus.

photographe-lifestyle

4. Communiquer en toute transparence

J’ai conscience que je ne vends pas seulement des photos. Je vends aussi mon regard, mon style, du service, mes valeurs et ma personnalité. Dès le premier contact avec mon site internet ou ma page Facebook, mes prospects / clients commencent à vivre une « expérience » avec moi. Ils choisiront de la poursuivre le temps d’une séance, ou pas… Mais leur mentir en me faisant passer pour le photographe que je ne suis pas, ne serait pas bon pour la pérennité de mon entreprise. Je ne promets pas de grands moment de rigolade, juste de l’authenticité et le plaisir de passer un moment ensemble en toute bienveillance et avec en ligne de mire la création de souvenirs qui leur ressemble.

5. Le marketing digital est ma chance !

Je crois que je suis une serial-entreprenneuse. Avant même d’avoir créé Cute Case / mon entreprise de photographie et Pop, j’avais déjà tenté de créer une entreprise (de marketing forcément). C’était avant la naissance de ma fille, il y a plus de 12 ans… A cette époque, les réseaux sociaux n’existaient pas, les sites étaient statiques, Caramail et msn messenger étaient à la mode. Bref, la seule façon de se faire connaître était la prospection physique ou téléphonique et pour le coup ma timidité ne m’avait laissé aucune chance.

Se lancer et réussir aujourd’hui en étant timide et/ou introverti est possible. Internet et le marketing digital sont clairement des outils efficaces qui ont fait leur preuve et vous permettront de vous faire connaître sans devoir visiter tous les gynécologues de votre région pour leur demander d’exposer vos images dans leur salle d’attente.

Si vous avez envie de découvrir mon approche et mes conseils pour une stratégie marketing web qui respecte vos valeurs et votre personnalité, embarquez pour ma prochaine session de formation (elle débute le 5/11/18).

Devenir photographe professionnel grâce au marketing digital. Apprendre à se faire connaître et créer une communauté active et fidèle qui vous recommande !

[ EN SAVOIR PLUS ]

_

BONUS :
Pour les lecteurs de cet article, recevez en supplément l’ebook « Photographe timide : 7 astuces pour réussir » et -30% de remise avec le code promo : TIMIDE

_

Pour moi, le secret de la réussite c’est d’être soi-même, parce que se respecter est le premier pas vers le respect des autres. certainement la raison pour laquelle l’authenticité a autant d’importance dans ma vie, le marketing que je pratique et la photographie.

Et vous, quelle difficulté avez-vous eu à surmonter ?

Je suis certaine qu’il existe encore d’autres différences surmontables quand on est passionné et que l’on se donne les moyens de parvenir à ses fins tout en restant authentique. Je serai ravie de lire / publier vos partages d’expérience, parce que la différence est une force, parce que chaque histoire est enrichissante, parce que ça fait du bien de ne pas se sentir seul(e) !

Website

 

30 Comments

  1. Allez, viens là que je te fasse un « hug » :)
    Je te comprends à 100% et j’ai l’impression de me lire.
    C’est tout à fait ça, une différence qui en fait une force.
    La timidité, je l’ai transformé en douceur dans mes photos et cela me caractérise.
    Je ne cherche pas à être une autre personne. Je l’ai accepté !

    • Je suis ravie que cet article trouve écho parmi des gens talentueux comme toi. Merci Aline de ton commentaire, de prouver que l’on peut réussir en « domptant » ses défauts. Au plaisir :)

  2. Oh lala ! Un article qui me parle ! La timidité est un trait de caractère à surpasser. C’est un long chemin pour prendre confiance en soi et la photo est un excellent remède à cela . Pour ma part, ma vie et ma timidité se sont un peu effacés grâce à la photo, j’ai pu aller à la rencontre des gens avec « l’excuse » de la camera et peu à peu j’ai pris un peu plus confiance.
    Merci Rachel pour cet article, oui on se sent moins seul !
    La timidité se travaille et rien n’est impossible.

    • Merci Candice de ton témoignage. Tu as raison la photo a été aussi un remède pour moi ! La passion nous donne des ailes :)

  3. Ça me parle beaucoup aussi…
    J ai arrêté la photo pro, j ai choisi la facilité, rester dans mon boulot actuel sans personne, pas de stress pas d anxiété mais un boulot que je n aime pas. Ne pas oser sortir de sa zone de confort…
    J aime la photo, c est ma passion et je pense que ça ne changera pas mais le faite d être timide me paralysait avant chaque séance, tellement que ça devenait invivable et que j ai fais le choix d arrêter la photo.
    Alors certe, 3 enfants un boulot temps plein ne me permettait pas énormément de temps en famille, mais ce manque de confiance en moi fait également parti de mon arrêt.
    Ça fait un peu plus d 1 an, j envisage les choses autrement. La photo me manque… Les bébés me manquent… Les ventres ronds me manquent. J ai envie de m y mettre à 300% de tout lâcher pour vivre de ma passion mais je devrai sortir de ma zone de confort… donc tout ceci me parle beaucoup .

    • Merci Melissa de ton retour d’expérience, c’est tellement triste d’avoir arrêté. J’espère que tu vas trouver la force de recommencer, et que cette fois, tu te servira autrement de ta timidité. Belle aventure !

  4. Bonjour Rachel,
    je te suis discrètement depuis un petit moment maintenant… J’aime beaucoup ton travail ! Cet article me rassure moi qui suis une grande timide, je me dis que tout est peut-être possible finalement. Enfin, il serait temps que je m’affole car à 40 ans cela devient de plus en plus dur de changer les choses !

    • Merci Pascaline de ces compliments, je suis très touchée. Tu sais, j’ai 38 ans alors rien n’est perdu :)

  5. Bravo pour cet article qui me parle! Je suis une timide limite maladive, depuis mon enfance, je suis celle qui n’osait jamais prendre la parole en classe, au risque même de passer pour la nunuche de service et d’être carrément rejetée. Aujourd’hui, je suis toujours aussi timide, enfin non, plus autant, on peut dire que je me soigne et que mon métier m’a permis de me sortir en quelque sorte de « cette étrange maladie ». J’arrive à détendre mes clients, à surmonter ma timidité pour les laisser se dévoiler devant mon objectif, ils sont à chaque fois fan du résultat et ça, c’est ma fierté!!! :)

    • Sur mes bulletins scolaires il y avait toujours « bonne élève mais trop effacée ». Je connais ça ! Je dois dire aussi que le métier de photographe m’a aidé à surmonter cette timidité, quelques soucis personnels aussi (devoir prendre la parole pour défendre ses enfants par exemple). Après je ne serai jamais extravertie, c’est évident :) Ravie de te lire ici en tout cas Véro.

  6. Merci Rachel pour cet article qui me fait réfléchir.

    Longtemps je me suis cru timide mais mon entourage proche ainsi que mes clients me disent plutôt réservée. Y a t-il une différence ? Je ne sais pas. Quand je me suis mise à mon compte en 2006, j’avais peur que cet aspect de moi même me mette des freins. A côté de ca, mes clients trouvaient que c’était mignon alors j’ai arrêté de me prendre la tête avec ça.

    Là où ton article me fait réfléchir c’est que j’ai tendance à vouloir ressembler à quelqu’un d’autre. Histoire de donner l’image d’une fille extravertie. Histoire d’avoir l’air d’une fille bien dans ses baskets, à qui tout sourit, à l’aise dans n’importe quelle situation et avec n’importe qui. Grace à ton article je comprends qu’il vaut mieux rester soit même.

    Je t’embrasse !
    Eva

    • Je crois que les réseaux sociaux notamment nous pousse à vouloir être comme les autres. On a la sensation que pour être bon il faut faire comme ceux qui « font du bruit ». Mais pas forcément :)
      C’est un plaisir de lire tous ces témoignages. Merci Eva. Bises

  7. Haaaa ca rassure!!
    Merci pour cette article je me sens moins seule!
    Ma timidité je ne la gère pas mais je vis avec! J ai pas le choix donc soit je me cache soit je prends sur moi et j y vais tete haute mais avec une ÉNORME boule au ventre!!
    On ne se referra pas!

  8. Je comprends très bien ce que tu vis, puisque j’ai ce même « soucis ». Je suis en train de créer mon entreprise également, je suis pro depuis trois mois, et la partie la plus difficile en ce qui me concerne, c’est guider, faire poser les personnes que je photographie, et les avoir au téléphone.

    Derrière un mail, une page facebook, un site, bref, un écran, on peut paraître tout et n’importe quoi aux yeux des gens. Ça surprend mes clients, j’ai peur parfois qu’ils perdent confiance en moi et qu’ils refusent finalement de travailler avec moi, mais il y a des petits moments qui m’ont vraiment fait du bien. Ma première commande en tant que pro était un mariage (pas une mince affaire, j’ai couvert tout l’évènement, sauf la soirée), et j’ai très bien été accueillie par les familles des mariés, ça m’a limite choquée, j’en ai eu les larmes aux yeux quand je suis repartie chez moi pour travailler sur les images.

    Mon appareil me fait oublier tout ce qu’il y a autour de moi pendant certains shootings (plus personnels, comme des concerts ou quand je visite certains endroits). Parfois j’ai l’impression d’être « guérie » de ce problème de timidité et d’introversion, mais malheureusement, ça revient quand je lâche mon boîtier :(.

    Bravo pour ton article, je me sens moins seule (et j’espère que toi aussi, du coup !)
    Bonne continuation, et bon courage :D

    Mathilde

    • Vivre avec un reflex collé sur le visage serait une solution ? Un peu compliqué au quotidien… c’est sûre :) belle aventure !

  9. Bonjour et merci pour cet article original et fort intéressant.

    Je ne suis pas professionnelle mais j’aimerai le devenir, et dans la photographie sociale plus particulièrement. Je suis aussi très timide, et quand j’ai lu dans le livre de Sarah Tailleur (très intéressant par ailleurs, je le recommande) que si on était introverti on pouvait passer notre chemin cela m’a un peu refroidie…
    Je n’ai pour l’instant effectué qu’une séance avec une famille que je n’avais rencontrée qu’une fois auparavant et n’étais pas vraiment à l’aise (de par mon caractère et car c’était une première) et au final la maman m’a dit qu’elle avait passé un très bon moment, que j’étais très calme et « zenifiante » (ou un truc dans le genre, pour moi qui suis hyper stressée c’est un comble même si ce n’est pas la première fois qu’on me le dit ;-)). Donc tu as raison, parfois ce n’est pas toujours ressenti de la même façon des deux côtés. Mon but lors de cette séance n’était pas de faire rire ou de diriger la famille, mais plutôt de me faire oublier pour qu’ils soient le plus naturel possible.
    Enfin bref, ton article me rassure. Et c’est vrai que le fait de pouvoir communiquer sur son activité via le net change aussi un peu la donne pour ceux qui sont plus à l’aise avec l’écrit.

    Merci encore, j’ai lu ton article ce midi au travail sur mon téléphone et je me suis dit qu’il fallait absolument que je laisse un commentaire en rentrant chez moi car il me parle beaucoup :-)

    • Merci beaucoup d’avoir pris le temps de revenir sur le site. Je suis très touchée par tous vos témoignages. Les termes de douceur / patience / calme reviennent souvent. En tout cas pour moi.

  10. Merci pour cet article qui me parle et que j’aurais pu écrire (si j’écrivais aussi bien ^^) … Ma timidité a toujours été un « handicap » dans ma vie précédente (en tant que salariée) mais aujourd’hui je crois avoir réussi à l’apprivoiser un peu… Grâce à la photographie … Je reste quelqu’un de discret lors des shootings ou reportages mariage mais j’ai l’impression que ça aide pour mettre à l’aise … Ainsi le naturel et surtout les émotions peuvent prendre toute la place.
    Encore merci pour cet article !!!

  11. Bonjour Rachel,
    Un grand merci à toi pour cet article sur ton expérience car on le sait tous ce n’est pas toujours évident de ce dévoilée de cette façon. De mon côté à l’inverse de tout les commentaires que j’ai pu lire (tous aussi intéressant), je ne vais pas parler de mon cas mais plutôt celui de mon mari :) qui est timide ou très discret (comme certaines personnes ont l’habitude de le dire). Mon amoureux est une âme sensible qui depuis son enfance à toujours manqué de confiance en lui. La photographie lui a apporté beaucoup ! Ça lui a permis de faire ce qu’il aime, de s’exprimer, d’avoir plus confiance en lui lors des séances photos ou de mariage. Laurent est un photographe à deux facettes, sur les mariages il est confiant, organisé et sur les séances photos enfants par exemple : il retombe, parfois non souvent en enfance :) et les petits-bouts le lui rendent bien. Mais même après deux années d’expérience, il a toujours des parties de son métier qui reste à ce jour infranchissable pour lui comme répondre au téléphone ou parler de ses tarifs ! Il a encore beaucoup de difficultés à appréhender cet aspect qui fait parti intégrante du métier ; allier l’humain à la rémunération. Tu as parlé dans ton article des astuces pour parer à cette situation et bien la nôtre c’est de travailler ensemble . Je suis de mon coté à peu prés l’exacte opposé de mon chéri. Je suis heureuse dans mon métier principal qui est un métier de contact mais j’adore par-dessus tout le métier de mon mari qui nous permet à tout les deux de rencontrer des personnes d’univers et d’horizon différentes, qui ont des histoires différentes…. Ce métier nous l’abordons donc à deux : lui pour tout la partie « artistique » et de mon coté toute la partie « relation client ». Je ne cache pas que cette gestion me prend beaucoup de temps mais quand je vois nos clients, qu’ils soient futurs parents, mariés… leurs personnalités, leur vécu, on se sent privilégiés et c’est un métier que j’aimerai exercer à 100% avec mon mari. De son coté lorsque je suis mon mari dans ses prestations, je le vois complètement changé, transcendé par ce que la photographie et nos clients peuvent lui apporter. Alors voilà je voulais juste réagir sur ton super article qui montre qu’être photographe et timide n’est pas une difficulté insurmontable. Merci pour ce partage

    • Merci à vous pour ces témoignages. Vous avez trouvé votre équilibre et c’est génial ! Votre binôme a l’air complémentaire et efficace. Que ne fait – on pas par amour et/ou passion ? :)

  12. Je vais rejoindre la tendance générale des commentaires en disant qu’être réservé n’empêche pas d’exercer ce métier. Pour ma part, cela se traduit bien souvent par des adjectifs comme calme, posé ou zen.
    J’avoue que faire face aux clients dans toutes les situations que l’on rencontre, des prospects à la séance même, m’a permis de me changer moi et de trouver qui j’étais avec plus de certitudes.
    Et je confirme que se respecter et ne pas chercher à jouer un rôle qui n’est pas le nôtre est la bonne attitude!
    J’aimerais être celui qui sort des blagues pour faire rire, qui sait avoir de la discussion sans cesse amis ce n’est pas moi…ce qui ne m’empêche pas de satisfaire mes clients et de réaliser les images que je souhaite alors je reste comme je suis tout en évoluant un peu plus à chaque séance ;-)
    Merci pour cet article Rachel.

  13. Si je n’avais pas été aussi timide, je serais venue te parler aux journées PEP’s :( … j’oserais la prochaine fois, c’est sur ! Merci pour tous les conseils que tu nous donnes ici <3

  14. Je suis en retard et n’ai pris le temps de lire ton article qu’il y a tout juste quelques minutes.
    Merci beaucoup, Rachel, pour cet article dans lequel tu te dévoiles sans tabou ni préjugés.
    Pfiouuuu je dois dire que j’ai l’impression que tu parles presque de moi (sans vouloir être prétentieuse ou narcissique bien au contraire!).
    Je pensais être la seule à avoir ce handicap, car oui, au début ça a été un réel handicap pour moi. Il l’est même encore maintenant quand il faut que j’aille voir des sages femme pour leur présenter mon travail et leur proposer d’exposer des toiles dans leur cabinet, il me faut des coups de pieds aux fesses sinon, je suis morte de trouille…
    Cela fait également chaud au coeur de voir que nous ne sommes pas seuls, mais plutôt entourés d’autres personnes qui rencontrent cette difficultés, et qui apprennent à la surmonter.

  15. J’ajoute un témoignage à cette longue liste pour également partager cette particularité, je suis une grande timide depuis mon enfance, mais je me rend compte qu’avec les années, je me soigne!
    Je manque toujours de confiance en moi, d’assurance et d’affirmation, mais je le montre peut-être moi aussi. Du fait de travailler en magasin au quotidien depuis 6 ans m’a mis un beau coup de pied aux fesses pour prendre mon courage à 2 mains.
    J’ai toujours un gros stress avant mes séances photos dû à mon manque de confiance en soi et ma timidité, mais à chaque fois, une fois lancée, tout se passe bien, tout le monde est détendu!
    Parfois je m’épate à sortir des blagues et à réussir à faire rire les gens! lol
    J’ai encore du boulot, mais de voir qu’on est pas les seuls, ça rassure un peu :-)

    Merci pour ton article très bien écrit, il est très intéressant!

  16. je me retrouve tellement dans tes propos! être timide c’est à la fois une force car ca a développé mon sens de l’observation, mais à la fois un sacré handicap avec les clients! j’espère un jour pouvoir m’améliorer mais c’est difficile !
    merci pour ton article :-)

  17. Mais quel bonheur cet article Rachel !
    J’attendais avec tellement d’espoir lire un jour ce genre de chose. Combien de fois me suis-je demandée comment faire coïncider la photo et ma timidité ? Comment ne pas paraitre si froide ? Et comment palier au stress permanent qui en decoule ?
    Je crois que je me rapproche du storytelling en photo aussi parce que c’est plus facile pour moi. Pourquoi devrions-nous nous faire violence apres tout ! Finalement avec le temps, je me rends compte que la timidité est souvent interprété par les gens comme etant de la douceur. Et ça me va bien !
    Je partage à 300% ta vision !
    Merci pour ton temoignage si precieux.

  18. Bonsoir,

    Je ne suis pas professionnel mais je suis une passionnée qui aimerai l être… ma toute grosse difficulté a étais bien exposée ici… je vous remercie car on se sent moins seule… la timidité reste a mon regard un frein, mais qui peu être bien vue, par la politesse, la douceur, la bienveillance…..

  19. Merci pour ce partage ! Moi, j’ai longtemps cru être timide, finalement, je suis asperger et j’ai, moi aussi, décidé d’en faire ma force !

  20. Bonjour,
    Merci pour cet article qui me donne de l’espoir.
    Je suis également timide et introvertie, et pourtant j’aime la photo dite « sociale ». J’aime créer de beaux souvenirs authentiques pour les familles, les couples. Les laisser être naturels et capter les « bons » moments, qui montrent une émotion, les représentent. Des moments vrais.
    Je fais de la photo depuis pas mal de temps, mais jusqu’à présent je n’avais pas suffisamment confiance en moi pour me lancer complètement.
    Actuellement, je me lance. J’ai fait quelques séances, à chaque fois j’en ressors épuisée émotionnellement, pour le moment. Et pourtant, à chaque fois, je me dis que j’aurai dû et pu faire mieux.
    Ai-je bien géré la lumière ? est-ce que je les ai suffisamment guidé ? m’ont-ils trouvé trop silencieuse ? est-ce que ça les a destabilisé ?
    J’ai encore plein de doutes. Ce qui me rassure c’est qu’à chaque fois les personnes aiment mes photos.
    Mais je sais que ma personnalité peut être un frein.
    J’aimerai me faire oublier, leur dire « faites comme si je n’étais pas là » mais c’est difficile pour eux aussi, je le comprends très bien. Il faut pouvoir trouver un équilibre et une confiance mutuelle.

Write A Comment