#PhotographeDuMois

Florence, photographe culinaire

Photographie culinaire

Si la photographie sociale est à l’honneur sur le blog depuis son lancement, la photographie culinaire n’en reste pas moins un domaine que l’on affectionne. Suite à l’interview de Lionel vivant de sa passion et son talent pour la photographie de mariage et culinaire, on s’est dit que ce domaine pourrait prendre une jolie place aussi, sur le blog… Je suis donc ravie de vous présenter, Florence / Comme un avant-goût, notre talentueuse photographe du mois.

Ton histoire. Qui es-tu ?

Ouh là, c’est très dangereux de poser ce genre de question à une bavarde !

Alors, je m’appelle Florence, je suis photographe culinaire. Quarantenaire… Depuis 4 ans déjà ! Je suis Maman de 2 p’tits gars plein de vie de 9 ans et 9 mois (c’est important les mois à cet âge !) et de 8 ans.

Bordelaise d’origine, je vis depuis près de 7 ans à Vendôme (pas place Vendôme ne vous méprenez pas, mais bien la ville située dans le Loir et Cher.)

Photographie culinaire et artistique : madeleines

Comment aimes-tu te décrire ?

Je suis rêveuse (pour ne pas dire tête en l’air !) et gourmande. La spécialité du culinaire n’est donc pas un hasard comme vous pouvez le constater ;-)

J’aime tous les petits bonheurs simples de la vie. Et malgré mes doutes et mon perfectionnisme qui me freinent parfois, je suis une indécrottable optimisme ! J’aime laisser le bénéfice du doute aux gens… Le verre à moitié plein, c’est moi !

Photo de cookies

Ton parcours. Comment la photographie est entrée dans ta vie ?

D’aussi loin que je me souvienne, la photo a toujours fait partie de ma vie. De loin dans un premier temps, puisque c’est mon père qui s’est frotté à cette discipline lorsque j’étais enfant. Je l’ai pratiqué en dilettante jusqu’à il y a 6 ans, date à laquelle je suis pleinement tombée dedans, en ouvrant mon blog culinaire. Je l’ai débuté avec la furieuse envie d’écrire des textes liés à la cuisine et pour illustrer mes recettes, j’avais besoin de visuels, je me suis donc prise au jeu. Plus le temps a passé et plus la photo a pris le pas sur les textes. Étant autodidacte, j’étais régulièrement confronté à des problèmes techniques que j’ai tenté de dépasser en trouvant la solution soit dans les livres, soit sur internet, mais surtout en pratiquant, pratiquant, pratiquant !

C’est comme cela que j’ai progressé jusqu’à devenir complètement mordue ! Au point de décider d’en faire mon métier il y a bientôt 3 ans, maintenant.

Ton style. Portrait ou paysage ?

J’ai le droit à un joker ?! Si oui, alors ni l’un ni l’autre ! Culinaire ma bonne dame ;-)

Photos de couvert - cuisine - culinaire

Tes choix. Argentique ou numérique ?

En bonne autodidacte, je me suis vraiment formée toute seule et le numérique avait ce côté pratique et économique de pouvoir renouveler l’essai sans que cela soit trop coûteux.

Lumière naturelle et/ou artificielle ?

Lumière naturelle encore et toujours !

Je n’imagine pas autre chose que ce que m’offre la lumière naturelle pour le rendu de mes compositions. J’aime l’atmosphère si spéciale qu’elle procure et parfois même un manque de lumière peut déboucher sur de merveilleux rendus.

Je n’imagine pas autre chose que ce que m’offre la lumière naturelle pour mes compositions. Cliquez pour tweeter

Parles-nous un peu de ta charte graphique, ton logo…

A l’image de ce que j’aime : Simple, naturel, intemporel et authentique avec ce petit brin de rétro qui me botte bien !

ail tressé - photographie culinaire

Matériel. Comment se compose ton sac photo ?

Mon boîtier canon 5D markII
Canon 100mm 2.8 macro.
Canon50mm f/1,4
Canon 70-200mm f/2.8L II IS USM
Tamron 24-70mm f/2.8 IS USM

Inspiration. Quel est le top 3 des photographes que tu suis ?

photo artistique d'une soupe

Quelles sont tes astuces pour rester créative ?

Me nourrir d’images et pas forcément que de photos culinaires, bien au contraire même !

J’adore notamment feuilleter les magazines de déco, j’y glane souvent une ambiance, des couleurs, des matières que je distille ça et là dans mes mises en scène.

Workshop. Quelle est la formation que tu as préférée, ou celle que tu souhaiterais faire ?

Le mois dernier, j’ai assisté à la première édition des journées Pep’s à Paris. Ce fut une vraie révélation ! Deux jours de partage autour de la photo. A l’heure où les gens sont de plus en plus auto centrés, j’ai passé deux jours avec des gens passionnés qui n’arrêtaient pas de parler de leur métier sans langue de bois, de leur technique, Ils parlaient même librement de leurs tarifs, n’hésitant pas à partager leurs trucs et astuces. Ce genre de rencontre est un vrai booster !

Sinon, j’adorerais participer à un workshop animée par Katie Quinn Davis, photographe culinaire Irlandaise basée en Australie… Katie si tu nous lis !

Stylisme culinaire

Ton travail. Quelle est ta photo préférée à ce jour ?

Ce n’est sûrement pas la plus aboutie, mais c’est l’une de celles qui me procure le plus d’émotion lorsque je la regarde. Probablement grâce à la présence, dans le coin de l’image, de ce livre de cuisine qui a bien vécu. Ce livre n’est autre que celui de ma grand-mère, livre que j’ai connu toute mon enfance. En posant les yeux sur cette photo, je sens l’odeur familière de la blanquette qui mijotait sur le feu, je me remémore les regards complices échangés avec mes grands-parents, les petits riens du quotidien de l’époque qui sont de grands trésors pour moi aujourd’hui.

Photo artistique de biscuits de noël

Je crois bien que c’est précisément ce que j’aime avec la photo, raconter des histoires… A mes yeux, et au-delà de l’appétence que peut susciter le plat, une photo culinaire réussie parle d’amour, de transmission du goût et de partage.

Mieux te connaître. J’aime / J’aime pas.

J’aime :

  • Chanter du Sanseverino à tue-tête, dans la voiture, avec mes fils,
  • L’odeur des agrumes fraîchement râpés, en particulier le combava et la bergamote, ça me rend dingue !
  • Me balader en forêt en quête de champignons et savourer l’odeur des sous-bois, la lumière qui filtre à travers les feuilles, les couleurs, le chant des oiseaux…oui, oui mon côté fleur bleu s’exacerbe en forêt !
  • Chiner dans les vide greniers à la recherche d’objets qui viendront enrichir mon stylisme.
  • Écouter du jazz
  • Déguster un bon thé, ou un bon bordeaux…selon le moment de la journée !
    (Ah mince ça fait 6 ! … j’ai toujours été nulle en math, ça se confirme !)

Photo Banana bread rustique

J’aime pas :

  • Les gens qui manquent d’empathie et de bienveillance, bien trop occupés qu’ils sont à ne penser qu’à leur petite personne,
  • Les objets qui disparaissent toujours malencontreusement pile au moment où tu les cherches,
  • Entendre voleter les moustiques autour de moi sachant qu’ils attendent sournoisement que je baisse ma garde pour pouvoir me piquer,
  • L’amertume, ni en cuisine, ni dans les rapports humains,
  • L’aseptisation du goût par les industriels qui, dans un seul et unique souci de rentabilité, n’hésitent pas à berner le consommateur en lui vendant, par exemple, des tomates hybrides au bon goût de flotte mais sous la mention “tomates anciennes” parce que ça fait bien et que c’est tendance.

Ta phrase, ton conseil pour les photographes qui nous lisent :

Suivre ses envies photographiques profondes même si elles ne correspondent pas à la tendance du moment. Être soi, c’est comme cela que l’on crée son univers photographique.

logo photographe culinaire

WebsiteFacebook – Instagram

petits pois

Write A Comment