Photo reportage : Huile de palme & Haze

Une photo pour ouvrir les consciences…

Caroline, alias BlueCicada Photography, est une photographe française expatriée en Malaisie, à Kuala Lumpur plus exactement. Il y a quelques mois elle a été notre photographe du mois, dont vous invite à [re]lire son interview. Elle partage aujourd’hui un phénomène dramatique qui se déroule loin de chez nous et pour lequel nous avons nos responsabilités. La photo de sa fille ci-dessus m’a beaucoup émue… Il me semble important que nous ayons connaissance des effets du « haze ».

Peux-tu raconter l’histoire derrière cette image ?

Comme on ferait défiler les diapositives “d’antan” de retour de vacances, je dirais, quand cette photo apparaîtrait : “alors là, nous sommes à Kuala Lumpur, en Malaisie, c’est ma fille Leila, 6 ans, qui porte un masque pour que l’air qui est à un index polluant et nocif de 236 dehors (classé très mauvais) ne lui fasse pas de mal, on espère, en tous cas.”

On s’apprête à sortir. Mon mari, qui porte notre bébé de 18 mois dans ses bras, est en train d’essayer de fermer à clé la porte de notre appartement tout en tentant de lui tenir le masque bien sur le visage. Mais d’une, il est trop grand, et de deux, c’est un bébé. Plus tard, une dame nous dira qu’on devrait lui mettre un masque, à notre bébé, parce que la qualité de l’air est dangereuse pour sa santé…

Leila regarde par la fenêtre du couloir ce “haze” qui nous empêche de sortir depuis 6 semaines maintenant, qui lui a donné une poussée d’asthme, comme ça, sans antécédent, qui lui empêche de faire du sport à l’école, quand elle est ouverte (à ce jour, l’école internationale de Garden a dû être fermée une semaine en tout depuis la rentrée). Ce weekend-là, on en a marre de rester dedans, on a comme on appelle la « cabin fever ». Alors on sort manger un bout au café du coin. De voir Leila adossée contre le mur comme ça, le regard vers ce dehors où elle aime tant jouer me fend le coeur, m’enrage et me rend triste en même temps vu que la cause de ce “haze” est humaine. Quelque part en Indonésie on fait brûler des forêts entières, exprès, pour avoir plus de place pour planter des palmiers qui rapporteront, à ces humains, encore plus d’argent.

Porter un masque pour se protéger du haze - malaisie

haze

Qu’est-ce que le “haze” ?

Le haze est devenu une saison. C’est malheureux, mais depuis les années 90, ce phénomène est attendu, comme si c’était normal. L’année 2015 est la pire depuis 1997. Dans notre quotidien, le haze est une épaisse fumée qui voyage avec le vent, depuis l’Indonésie vers ses voisins : Singapour, la Malaisie, Brunei et cette année, même le sud de la Thaïlande. Les feux qui donnent cette épaisse fumée viennent spécialement de Sumatra et Kalimantan qui possèdent non seulement des forêts tropicales, mais aussi de vastes étendues de marais. Ces marais sont composés de végétation morte et d’autres matières organiques et contribuent d’une manière époustouflante à la combustion de CO2, une fois que l’eau a été drainée et que le feu y a été mis. C’est un moyen économique pour les petits fermiers, comme pour les grandes entreprises d’huile de palme, de défricher pour laisser place à leurs précieuses palmeraies. Avec le phénomène El Niño qui accroît la sécheresse en Asie notamment en ce moment, ces feux sont devenus incontrôlables. Je vous invite à regarder le site Global Forest Watch avec le lien suivant http://bit.ly/200gN4Y pour y voir une carte des feux qui font rage en temps réel. Il y en a des centaines, c’est terrifiant ! Les feux de ces marais asséchés sont les pires car ce ne sont pas des feux avec leurs flammes impressionantes comme on les connaît en France, ce sont des feux qui sont souvent souterrains et qui se propagent à une allure hallucinante et qui sont par conséquent incontrôlables.

Tout cela est aggravé par un mélange d’incompétence, d’ignorance bornée et de corruption du gouvernement indonésien qui ne sait pas ou ne veut pas faire respecter des lois qui sont souvent légères et qui changent régulièrement en bougeant les limites géographiques de zones protégées, par exemple. La Malaisie n’est pas toute blanche non plus car la plupart des grandes compagnies d’huile de palme appartiennent à la Malaisie. Après les 4 premières semaines de “haze”, l’Indonésie refusait toujours l’aide internationale proposée par l’Australie, Singapour et la Malaisie pour combattre ces feux. Ce n’est que la semaine dernière qu’elle a enfin accepté cette aide. Cela laisse peu d’espoir pour que les fautifs soient jugés devant la justice.

Après la nouvelle d’un effort international pour aider à vaincre ces feux, et un petit espoir, une bombe nous est tombée dessus avec un article, il y a deux jours, pour annoncer que la situation des feux était telle qu’il est prédit qu’elle ne s’améliorera pas dans les trois prochains mois. Cela semble impossible…

En moyenne, ici à Kuala Lumpur, nous avons des résultats de qualité de l’air entre 100 et 300 (mauvais et très mauvais). Pour vous donner une idée, à plus de 300, le classement devient dangereux et à plus de 500, c’est un état d’urgence. Dans certaines régions de l’Indonésie, ils en sont à 999. Ils ne comptent même plus…

Nous sommes désespérés, c’est une catastrophe écologique avec des conséquences à court et long terme qu’on ne peut même pas imaginer. Le pire, c’est que c’est une situation qui pourrait être évitée. C’est une tragédie pour la faune et la flore de l’Indonésie. Les Orang Outans n’ont pas de maison ou de grands magasins, eux, pour s’y réfugier et se protéger des effets nocifs de cette fumée.

Les effets néfastes de la production de l'huile de palme - Malaisie

Le haze à Kuala Lumpur

Quelles actions pouvons-nous mener pour vous aider ?

Cela fait du bien d’entendre cette question ! Il nous est rapporté qu’il y a très peu d’articles ou de documentaires en Europe sur ce qui se passe ici. On se sent un peu isolés et impuissants. Il faut à tout prix partager et le faire savoir. Il y a des pétitions que l’on peut signer aussi et même si elles sont en anglais pour la plupart, on peut toujours les partager sur les réseaux sociaux avec ses amis et sa famille ou en mode public avec un petit message en français pour attirer l’attention.

L’huile de palme est partout, dans beaucoup de produits, alors il faut s’informer pour acheter soit des produits à base d’huile de palme produite de manière durable, soit ne pas acheter ces produits. Il y a une campagne choc qui s’appelle “XtheHaze”, lancée depuis le début de cette crise par WWF Singapour qui dit que nous sommes en train de respirer ce que nous consommons. Ca fait mal à entendre mais on est tous responsables. En même temps, j’avoue qu’acheter des biscuits par exemple, est devenu un cauchemar, surtout ici où les produits vendus dans les supermarchés et leur provenance ne sont pas toujours clairs. Il y a de l’huile de palme partout et je ne sais pas si elle est de production durable ou pas. Dans le doute je n’achète pas, mais comment expliquer ça à une petite fille de 6 ans qui veut juste ses biscuits préférés pour le goûter?

Je poste aussi des statuts ou photos sur ma page personnelle Facebook mode “public” donc n’hésitez pas à me suivre et à faire passer ces statuts, ils sont écrits en anglais et en français et donnent une vision un peu plus personnelle de ce qu’est notre quotidien. J’ai même envoyé un tweet à M. le Président Hollande pour qu’il envoie des Canadairs, mais je n’ai même pas eu un RT… Ca ne m’empêche pas d’essayer encore et encore.

Logo BlueCicada Photography

WEBSITE

2017-06-15T14:32:59+00:00 dimanche 25 octobre 2015|Categories: Projets engagés & Associations|

Leave A Comment