Commencer par le pourquoi

Avant de vous laisser lire le témoignage et le « pourquoi » de Sara, il est important que vous compreniez de quoi il s’agit et à quel point c’est essentiel pour votre entreprise de photographe (pour toutes entreprises d’ailleurs). Ce n’est pas simple de trouver son « pourquoi ». Non, nous ne créons pas une entreprise pour gagner notre vie, nous avons mille et une manière de le faire. Alors POURQUOI choisir celle-ci ?

Identifier son pourquoi va permettre de construire autour lui, un univers qui va le servir et qui va forcément nous aider à nous épanouir dans ce que nous entreprenons. C’est cet élément qui va donner de la cohérence à chacun de nos choix, qu’ils soient stratégiques ou artistiques. Notre pourquoi fait intrinsèquement partie de nous, il n’est pas lié à une activité particulière. Il ne changera pas, mais il va évoluer, du moins il va suivre notre évolution.

Le concept de « pourquoi » a été développé par Simon Sinek. Il en parle mieux que moi :

Pour aller plus loin, découvrez aussi son livre « Commencer par le pourquoi« 

Pourquoi vivre de la photo ?

Il y a quelques temps, Sara m’a contacté car suite à la lecture du livre « Photographe 3.0 : Optimiser sa présence sur le web et créer une dynamique commerciale efficace« , elle a trouvé son « pourquoi » et ainsi le fil rouge qui liait ses choix et ses actes. Je suis ravie de partager ses mots avec vous. En espérant que vous trouverez aussi le vôtre !

_

Je suis Sara Ami, photographe spécialisée dans la photographie d’enfant, dans le ventre de maman, jusqu’aux petits et grands enfants. Mais avant ça, j’étais Sara, photographe de tout et n’importe quoi et surtout n’importe comment.

Photographe, un métier de passion et de convictions.

Et oui, comme la plupart des jeunes adultes, j’ai été perdue. Je ne savais réellement quoi faire de ma vie. Au lycée j’avais, une fois, vaguement jeté l’idée de devenir photographe. J’ai même pensé à organisatrice de mariage. Mais ce qui me plaisait vraiment c’était la musique, le chant. Etant plutôt lucide quand au pourcentage de chance de réussir dans le domaine, je me suis dis que j’essaierai, tout en travaillant sur quelque chose de moins risqué. J’ai obtenu mon BAC économique et sociale et finalement … le néant. Tout ce que j’aimais, tout ce que je voulais faire ne me semblait accessible. J’étais trop rêveuse, portée sur les domaines artistiques qui ne faisaient vivre (d’après les conseillers d’orientation). Un an plus tard, l’appareil photo de maman entre les mains, quelques photos de fleurs, de copines et quelques compliments, me voilà photographe auto-entrepreneur.

Vivre de la photo, le témoignage de Sara Ami.

Un coup de tête, un choix fou et irraisonné qui me poussait vers l’échec, vraisemblablement. Impossible d’en vivre, j’ai occupé quelques petits boulots en parallèle, jusqu’à me trouvait un CDI dans le privé. Je participe également à mon tout premier salon du mariage, élément déclencheur qui me fait prendre conscience que je fais n’importe quoi.

J’aime la photo, je ne sais encore pourquoi mais quelque chose me pousse à continuer, à faire mieux, à me perfectionner. Je commence à me former, dans les livres, sur le net, puis auprès de collègues dont le travail me parle, me touche. Chaque jour j’expérimente, tranquillement et à mon rythme. Je quadruple mes tarifs en un an.

Photographe enfant, en studio et en extérieur. Pourquoi ce choix ?

C’était maintenant ou jamais. Je gagne de l’argent mais ne me fais pas de salaire ; tout est investi dans le matériel et les formations. Le projet bébé avec ma moitié se concrétise, je tombe enceinte, bébé né. Je profite de la grossesse et du congé maternité pour continuer à me former et j’élargie mes compétences. Comptabilité, gestion, marketing et communication, tout y passe. Devenir mère change aussi beaucoup de choses, tant sur le plan professionnel que personnel. Je prends ainsi conscience du temps qui passe, je re-pense à mes rêves et ambitions. Peut être ai-je pris en maturité aussi ? Peu importe, la machine est en route, on ne m’arrête plus. Je lis de plus en plus. Je découvre, notamment grâce à Rachel, la conférence de Simon Sinek qui change profondément ma vision des choses.

Je me pose ainsi la question mais POURQUOI ?
Qu’est-ce qui me pousse depuis plus de 4 ans à continuer dans la photographie ?
Qu’est-ce qui m’a donné la force de continuer, sans réel résultat ?

Photographie de couple, Sara Ami

Qu’est-ce qui m’a donné la FORCE ? C’est le mot force qui m’a interpellé à ce moment.

Et paf, gros retour en arrière. J’ai 12 ans. Ma petite sœur est malade depuis sa naissance, elle était la plus jeune greffée du cœur à l’époque (9 mois) mais décède subitement alors qu’elle n’avait que 10 ans. Je vous épargne la suite mais vous laisse imaginer le malheur qui peut tout à coup s’abattre sur une famille. Les années passent et ses lots de difficultés aussi. La première image de force et la plus inspirante à ce jour, reste celle de mes parents qui, malgré tout, se sont battus et font preuve chaque jour d’empathie, de compréhension et d’amour. Un modèle de force et de courage qui motiverait la planète entière et qui me motive moi, chaque jour qui passe. Je fais moi aussi preuve de courage et puise ma force dans l’amour. Je grandi, rigole, pleure et apprends. Je vis tout simplement. Le temps passe et les souvenirs s’estompent doucement.

Je me rends compte peu à peu que certains des souvenirs qui me semblaient perdus, rejaillissent lors du visionnage des photos. Plus encore, je ressens ce qu’auparavant je ressentais. Je vis, une seconde fois, ce sentiment si unique, cet instant si particulier que mes parents avaient capturé. Voilà ce qui me motive ! Ce sont CES émotions qui m’ont donnés la force et qui me poussent encore et encore. Et parce que je suis personnellement touchée par l’importance du souvenir passé et parce qu’il ne me reste que ça de ma petite sœur, je me devais et me dois de continuer. Pour vous, pour eux, pour tout ceux qui ont encore la chance d’être entourés des êtres qui leurs son chers, pour tout ceux qui désirent se souvenir tout le temps, pour tout ceux qui cherchent l’authenticité. J’offre à mes clients, des photos de qualités, qu’ils peuvent exposés fièrement ; mais je leur offre surtout un moment de partage qui les représente avec sincérité.

Aujourd’hui, suite à la découverte de mon pourquoi et à l‘arrivée de ma fille, je décide de me spécialiser dans la photographie d’enfant et devient « Mon amie photographe ». Une nouvelle passion qui m’anime et me pousse encore à accélérer les choses.

À tel point qu’au moment où je vous écris, mon tout premier studio photo s’apprête à ouvrir ses portes. Une vision neuve et des projets plein la tête, j’étudie actuellement la psychologie de l’enfant afin de créer une approche adaptée pour une expérience incroyable et des photos encore plus authentiques. Je pourrais vous en dire plus d’ici quelques mois ; en attendant, je vous souhaite le meilleur et surtout, trouvez votre pourquoi!

WEBSITE

1 Comment

  • Grégory

    Bonjour Sara.
    Intéressant ton témoignage… J’aime ce type de témoignages car je suis moi-même en réflexion quant à mon pourquoi, ma démarche de positionnement, etc. Parfois les choses me paraissent trop simples, et j’ai beaucoup de mal à formaliser.
    Et puis je me pose la question aussi du passage du « pourquoi » à sa communication : est-ce forcément une histoire à communiquer ? Ou doit-on juste savoir pourquoi on est photographe ?
    Je n’ai pas le même âge, pas la même vie, pas le même parcours, mais cette période de construction est relativement excitante. Comme tu sembles le dire, on apprend de ses erreurs et on avance… Et je dois faire face à l’un de mes défauts : la précipitation. J’aimerais que tout arrive tout de suite… ;)

Leave a reply