J’ai eu la chance de rencontrer Sophie lors d’une formation et je n’ai pu rester insensible à sa personnalité, sa générosité et son regard sur le monde. Dès que j’ai entendu parler de son nouveau projet au centre hospitalier de La Timone, j’ai su qu’il devait avoir une place sur ce blog, et j’espère qu’il ira plus loin.

Sophie Bourgeix, photographe engagée

Factuellement, je suis photographe portraitiste, installée depuis 10 ans. Mon studio est en plein coeur d’Aix-en-Provence.

Accompagnée de mon homme et nos 2 enfants, j’aime la vie, la magie des instants, la force des regards et des battements de coeur !

Sophie Bourgeix, une photographe engagée qui aime la vie, bienveillante et généreuse.
HOPE : Association pour aider le service à développer un meilleur accueil aux enfants et familles. Plus d’infos : Page Facebook Hope

Comment la photographie est entrée dans ta vie ?

Elle est entrée comme ça, par évidence… En vrai, aussi loin que je me souvienne, j’avais un appareil photo dans les mains, pour raconter, témoigner de l’instant. Ce qui est moins vrai aujourd’hui d’ailleurs ! Un labo noir et blanc, des négatifs et hop. J’aime découvrir cette image qui apparait comme par magie. C’était pour moi une drogue !

Es-tu portrait ou paysage ?

Portrait à fond. J’aime les regards, l’humain et tout ce qui se raconte sans mot…

Portrait de famille. Noir et blanc.

Lumière naturelle ou artificielle ?

Lumière artificielle pour les portraits, car j’aime travailler cette fragile lumière… Et peu à peu, lumière naturelle en reportage…

Fais-tu régulièrement des projets personnels ?

Oui je fais régulièrement des projets personnels, mais pas assez souvent ! Ils m’apportent un essentiel. Ils redonnent un sens profond à ma démarche.

J’invite tout photographe à travailler sur des projets personnels car ils accompagnent notre pratique, nous font progresser humainement, artistiquement, techniquement… Ils devraient être obligatoires pour le bien-être de chacun :-) !

Comment choisis-tu tes projets ? Que recherches-tu ?

Mes projets personnels sont essentiellement tournés vers l’Autre. Les différences, ceux que l’on ne veut pas forcément voir, ou ce que l’on préfère ne pas savoir… En fait, je crois que je suis touchée par la beauté humaine, ces gestes qui ont tant de sens, ces personnes du quotidien qui pourtant changent tout, la valeur d’un instant, la force d’un regard qui raconte tant de choses, et je crois que j’aime le partager ! Après j’ai envie de dire que ce sont les projets qui me choisissent; car je travaille au fil de l’eau, là où mon chemin me mène ! Je n’ai pas d’attente particulière, mais des ressentis, des certitudes du genre « je dois faire ça » sans avoir de but précis…

Mon premier grand projet personnel était autour du handicap, une série de portrait d’enfants en situation de handicap, qui nous transportent dans leur univers, et qui nous permet un instant de se poser pour se découvrir, l’un l’autre… L’Autre regard c’était aussi offrir à chacun de ces enfants et de leur famille un portrait d’eux, parce que cela a tellement de sens !

Pour mon projet à l’hôpital, je me suis réveillée en pleine nuit en me disant « mais voilà, offrir à chaque enfant du service de l’hôpital un portrait de famille, car c’est important pour l’enfant qui doit rester à l’hôpital mais aussi pour la famille qui ne peut rester toujours à ses cotés ». Ce que cherche avant tout, c’est transmettre cette beauté que je vois, et la partager !

La beauté sauvera le monde, alors à nous de la diffuser, non ? 

Comment, pourquoi avoir choisi ce service pour ce projet engagé ?

Je pense que c’est le service qui m’a choisi ! J’ai donc eu cette intention d’aller offrir un portrait de famille dans un hôpital… J’en ai discuté à 2/3 personnes autour de moi, avec toute la force et la conviction qu’un tel projet peut me donner… Et la vie m’a fait en discuter avec un infirmier, puis un médecin du même service qui venait de découvrir ses images de famille au studio… Puis le reste va trés vite, un chef de service qui y croit autant que moi, une équipe hyper accueillante…

Et me voilà donc dans le service pédiatrique multi-disciplinaire de La timone à Marseille. Je les remercie encore de leur accueil si bienveillant et surtout de leur travail au quotidien, de leur bonne humeur et sourires !

Une infirmière soigne un bébé et lui sourit.

Bébé souriant en attente de ses soins, à l'hôpital de Marseille.

Comment as-tu été reçue par les « petits malades » ?

Les enfants ont été au top, les familles et les équipes aussi ! Accepter d’être photographié à l’hôpital n’est pas toujours chose facile, mais en même temps, c’est une expérience et un moment partagé avec les siens…

J’ai fait des portraits de chaque famille qui le souhaitait, des enfants avec leur soignant « référent », et de chaque membre d’équipe. Une mise en lumière de leur personnalité, et une mise en valeur de ces personnes de l’ombre, que l’on ne voit que peu et qui pourtant font un travail incroyable, et dans des conditions pas toujours faciles !

Pour la partie reportage, c’est le courage de ces enfants que j’admire. Certains enfants ne sont jamais sortis de l’hôpital depuis leur naissance, et ils sourient encore et toujours… et qu’est-ce que c’est bon ça ! C’est en observant le lien entre les soignants et les enfants que j’ai réalisé l’importance de garder un sourire, quelque soit les circonstances. Lors des soins, ce n’est pas une partie de plaisir pour l’enfant, mais les soignants avec leur sourire, leurs explications, leur savoir faire et savoir être rassurent parents et enfants !

C’est un travail d’équipe, parents, enfants et soignants !

Projet photo engagé : le reportage d'un service d'hôpital pour enfants avec des pathologies graves.

Quelles ont été tes difficultés avec ce projet ?

Mes plus grandes difficultés ont été une mise en danger technique, mais par choix… Je suis partie sur ce travail en reportage (ce qui est loin d’être ma spécialité) avec un Leica Q, et un objectif en 24mm (ou 28mm je ne sais même plus, enfin celui de Leica ;-). Pour la portraitiste que je suis, autant vous dire que mon reflex et mon 85 mm ou 105 mm m’ont parfois manqué…

Sortir de sa zone de confort, pour se dépasser et offrir le meilleur de soi… Voilà ce que je souhaitais offrir à ce reportage à l’hôpital. Pour la partie portrait, j’ai utilisé un fond gris, ce qui est loin de mes fonds habituels. Ce n’est pas une trés grande difficulté, mais pas dans mes habitudes quand même (sans parler de la pièce à laquelle nous devons nous adapter etc…).

Les autres difficultés sont certainement intérieures. Ne pas avoir peur des soins, des pathologies lourdes que certains enfants peuvent avoir… Réussir à retranscrire la beauté dans un lieu qui ne l’appelle pas spontanément. Garder mon sang froid, et le sourire en toutes circonstances, mais finalement, je ne crois pas que ce soit une difficulté… car je le fais naturellement.

Quels sont tes objectifs ?

Je n’aime pas ce genre de question… Dans qui es-tu j’aurais pu dire « une personne sans objectif ». Je travaille aux ressentis, vraiment.

«Je n’ai jamais été aussi loin que quand je ne savais pas où j’allais» Cette phrase de Christophe Collomb pourrait trés bien me décrire ;-)

Je crois que j’ai trés envie de partager mon regard bienveillant sur le monde et mettre en lumière des lieux où se passent de si belles choses, des personnes qui sont différentes mais pas que… Nos différences sont notre force. Des tas de choses nous relient, donc quittons les catégorisations, les étiquettes et juste, observons la beauté de l’humain pour ne plus avoir peur les uns des autres.

Une photo ne peut peut-être pas changer le monde, mais peut toucher une conscience… et rien que pour cela elle se doit d’exister !

As-tu une exposition en préparation ?

Malheureusement pas encore ! C’est tout le problème de ne pas avoir d’objectif, et donc le coté négatif de cette manière d’être. Une expo doit se faire, déjà au sein du service lui-même, puis ailleurs, car il est nécessaire de faire vivre ces photos pour partager ces magnifiques instants et émotions. Je fais confiance à la vie pour mettre sur mon chemin des personnes qui pourront être intéressées par cette expo, et avec qui je pourrais créer un joli moment de partage rempli de sens.

Vous pouvez retrouver l’expo l’Autre Regard au festival photo de Monflanquin les 2,3 et 4 février 2018, organisé de main de maitre par Antoine DOMINIQUE.

Merci de cette mise en lumière, même si parler de mes projets est toujours si difficile !

Logo Sophie Bourgeix Photographe à Aix en Provence

_

Master Qualified European Photographer
Membre de l’équipe de France 2017
Lauréate des Photographies de l’année 2016, catégorie portrait

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Téléchargez votre roadbook

Téléchargez votre roadbook

25 fiches pour poser les bases de votre stratégie marketing, prendre de bonnes décisions et atteindre vos objectifs !

Vous êtes inscrit !