S'inspirer

Conjuguer mariage & paysage

Photographe de mariage & de paysage

Découvrez le parcours de Gauthier, un talentueux photographe qui conjugue à merveille la photographie de portrait & de paysage ! Et bien entendu j’adhère pleinement à ses petits conseils en fin d’article (surtout celui sur le webmarketing) ;)

Qui es-tu ?

Salut à tous, moi c’est Gauthier ! J’ai 26 ans et je suis basé à Penmarc’h en région Bretagne.

Portrait en argentique

Comment la passion de l’image est entrée dans ta vie ?

A la différence de nombreux photographes qui ont toujours eu dans les mains le vieux boitier de leur père ou encore de leur grand-père, ma passion pour l’image a débuté tardivement…

A ma sortie du lycée, je me suis lancé dans une formation en école de commerce, d’abord à Bordeaux puis ensuite à Brest. Une fois diplômé, je n’avais aucune idée du chemin que je souhaitais prendre. Continuer sur un Master ? Me lancer sur le marché du travail ? Finalement, j’ai opté pour une troisième solution bien plus tentante, l’Australie.

Si au départ je ne faisais pas du tout de photo, ce voyage que je documentais via un blog a développé chez moi une incontrôlable envie de progresser dans ce domaine. J’ai d’abord débuté avec les paysages Australiens auxquels sont venus s’ajouter ceux d’Indonésie, du Népal, des Etats-Unis…

photo de paysage - building qui se reflètent sur l'eau

La photo, auparavant un outil au service de mes voyages et de mon blog, a fini par devenir la raison principale de chaque nouveau départ à l’étranger. 4 ans après l’Australie, je suis toujours en transit. Je prévois de retourner au Népal cet hiver et peut être d’enchainer sur l’Argentine !

Photo de paysage

Quel déclic t’a aidé à passer le cap de vivre de la photographie ?

Vivre de la photographie est quelque chose de difficile et tout le monde le sait. Encore plus lorsqu’il s’agit de photographie de voyage. En effet, rares sont les blogueurs qui dégagent des revenus de leurs divers reportages … Il y a cependant un domaine plus accessible et ouvert à tous, celui de la photographie de mariage. J’ai débuté les mariages il y a 3 ans avec celui d’un ami proche. Progressivement d’autres reportages sont venus s’ajouter à la liste.

portrait d'un couple portant un masque

mariés à la sortie de l'église

Es-tu portrait ou paysage ?

Mon parcours est assez atypique dans la mesure où j’ai débuté avec les paysages pour finalement enchainer sur du portrait lors de travaux personnels ou encore lors de mariages. Cependant, avec mon dernier voyage aux Etats-Unis, j’ai vraiment redécouvert la photographie de paysages comme je l’aimais auparavant. Il n’y a rien de plus ressourçant que de se retrouver seul face à un coucher de soleil ou encore une bonne tempête bretonne ! Chaque scène est unique et apporte son lot de surprises.

Chaque scène est unique et apporte son lot de surprises. #paysage #USA Click To Tweet

Argentique 3

photo de paysage

Argentique ou numérique ?

Mes premières photos en argentique sont assez récentes. C’est Michael Ferire lors d’un workshop à Paris qui a attisé ma curiosité.
A ce moment là, il shootait ses mariages en hybride (moitié numérique, moitié argentique) mais depuis il s’est entièrement converti à l’argentique et il est sans aucun doute l’un des meilleurs dans cette catégorie aujourd’hui …

En ce qui me concerne, je réalise mes mariages en numérique et je garde l’argentique pour mes projets personnels. Lorsque des clients sont impliqués, le numérique apporte une certaine sécurité. De plus, les coûts de développement sont élevés et en toute honnêteté, en Bretagne, le marché de la photographie de mariage est assez difficile lorsqu’il s’agit de budget.

portrait d'ailleurs - asiatique

Quel workshop t’a le plus marqué ?

Comme évoqué dans la question précédente, je dirais qu’il s’agit de celui de Michael Ferire à Paris. Pas uniquement parce que c’est là que j’ai découvert la photo argentique mais surtout parce que si vous avez déjà eu l’occasion d’échanger avec Michael, vous savez à quel point ce gars est un génie… Son approche, sa vision et sa démarche de la photographie et de ce qui se fait aujourd’hui dans le milieu, est quelque chose d’exceptionnel.

J’ai aussi effectué un workshop de deux jours à Barcelone avec Pia de Peaches&Mint, Birgit Hart et une partie de l’équipe de Carmencita Film Lab. En plus d’avoir beaucoup appris sur les différentes techniques en argentique, cet événement m’a permis de faire des rencontres
incroyables !

Numérique 5

Numérique 9

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Je suis un grand fan des reportages de Jean-Laurent Gaudy. Il possède un rendu unique lorsqu’il s’agit de documenter un mariage ou même une simple journée entre amis. En ce qui concerne l’argentique, vous l’aurez compris, Michael Ferire est pour moi le plus créatif et
le plus talentueux. Cependant, j’aime aussi beaucoup les travaux de Greg Finck !

Si je devais citer quelques photographes américains, je parlerais sûrement de Jordan Voth ou encore de Katch Silva.

Numérique 2

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à un photographe qui souhaite vivre de la photographie de mariage ?

La photographie de mariage possède de nombreux avantages par rapport aux autres domaines comme ceux du corporate ou encore de la mode. D’abord, vous travaillez seul et la qualité de vos reportages ne dépend donc que de vous et de personne d’autre. Sachez aussi que d’un reportage à l’autre la marge de progression est énorme…

De plus, lorsque des mariés vous confient leur mariage, c’est avant tout parce qu’ils vous font confiance. Vous êtes donc libre dans vos choix créatifs (argentique vs numérique, mises en scène, noir et blanc vs couleur …) Les possibilités sont nombreuses…

Le plus difficile, je pense est de trouver un rendu à votre image et de s’y tenir. Quelque chose qui vous correspond et qui correspondra par la même occasion à vos futurs clients. Sachez qu’il faut cependant un certains temps avant de commencer à vraiment « vivre » de la photographie de mariage. La première année vous réaliserez peut être un ou deux mariages, la suivante le double puis plus vous en réaliserez, plus les clients viendront à vous !

Une dernière chose que beaucoup de photographes ignorent lorsqu’ils se lancent dans la photographie et espèrent en vivre. Sachez qu’il est important d’avoir un minimum de connaissances dans le milieu du web. Vous pouvez être un bon photographe mais sans un site avec un minimum de référencement naturel ou une présence minimale sur les réseaux sociaux, personne ne trouvera vos reportages… Même si je continue d’apprendre, j’ai passé beaucoup de temps à naviguer sur le net en quête de connaissances pour gagner en visibilité. Si vous ne savez pas le faire, que ça ne vous intéresse pas ou que vous n’avez pas le temps de vous y consacrer, demandez à quelqu’un de le faire pour vous. C’est vital !

Gauthier Le Guen

WebsiteFacebook – Twitter – Instagram

Commenter